Préparez maintenant votre jardin pour le printemps!

Préparez maintenant votre jardin pour le printemps!

Il neige, il fait froid mais pourtant c’est en hiver que le jardin se prépare: taille, élagage, plantations, nous vous expliquons tout dans ce petit article 100% NATUREL et ECOLOGIQUE dans lequel je vous présenterai aussi mon activité de design de jardin à la « silence ça pousse »!

Arrêtons avec les préjugés qu’un jardin en hiver c’est triste, c’est moche, rien ne fleurit. Ok je vous le concède il fait froid surtout dans notre région mais il est possible d’avoir un jardin fleurit même en hiver! Il ne neige pas, il ne gèle pas, alors c’est le moment pour jardiner et réorganiser son jardin et oui, même en hiver :-)! petit bémol ne sortez pas sans vos gants et votre bonnet!

 1. La réorganisation du jardin 

L’hiver est la saison idéale pour faire le point sur son jardin et le réorganiser, voire le créer! 

Avant de se lancer dans les achats de plantes, il est important de faire un état des lieux de l’existant et se « poser » pour réinventer son jardin. Dessiner son jardin permet de visualiser ce qu’il deviendra mais faut-il être artiste ou féru de botanique. Si vous n’êtes aucun des deux, alors il vaut mieux confier ce travail préparatoire à des créateurs-concepteurs de jardin, comme Fibre Jardin, qui vous proposeront un projet complet de jardin, à savoir les plans de jardin, les visuels (esquisse, modélisation 3D), la sélection de la gamme végétale à planter (en prenant en compte les successions de floraison en fonction des saisons) et la sélection de matériaux, éclairage et éléments de décoration extérieure adaptée à votre projet.

Une fois le projet finalisé, vous ou les équipes de terrain pourront lui donner vie en intervenant avant fin mars dans votre jardin; les travaux de plantation s’étalant de Septembre à fin Mars (hors période de gel).

 2. Les plantations

Hors période de gel ou de neige, l’hiver est une saison propice à la plantation d’arbustes à feuillage persistant (qui ne perdent pas leurs feuilles l’hiver) et en racines nues.

Racines nues ou conteneurs (pots): quelle est la différence?

Les plantes à racines nues sont des plantes jeunes, élevées en pleine terre, puis arrachées durant la période de repos végétatif, pour être vendues et plantées durant cette même période, à savoir de novembre à mars.

Elles se présentent sans conteneur, dépourvues de motte. Les racines sont donc à l’air libre, nues ! Le moment durant lequel les racines restent sans protection, exposées au dessèchement, à la chaleur ou au gel, doit être le plus court possible, ce qui signifie que la transplantation doit être effectuée rapidement.

Moins de fournitures, de manutention ou d’eau sous-entend également que la production est également plus écologique !

Les plantes en conteneurs ont grandit en pots et peuvent être plantées toute l’année (hors période de sécheresse et gelées): elles sont disponibles en toute saison, le choix des variétés est plus vaste, mais elles sont plus chères.

Leur faculté d’enracinement est moindre (car les racines forment souvent un chignon).

Au sujet des essences à planter, le choix est large! privilégiez cependant des espèces et variétés endémiques (originaires de nos régions): elles seront par conséquent moins fragiles, moins malades et s’adapteront bien mieux à leur nouvel espace de vie.

Si vous souhaitez obtenir un jardin fleuri même en hiver, misez sur les arbustes suivants: (cf photos de gauche à droite, de haut en bas)

Viburnum bodnantense, Virburnum tinus, Mahonia x media, Chimonanthus praecox, Lonicera fragrantissima, camelia sasanqua, Hamamelis molis, Cornus sanguinea ‘winter flame’ (caduc mais de loin mon préféré pour son bois coloré en dégradé d’orange à rouge, une petite perle!) ou Jasminum nudiflorum.

Viburnum bodnantense   Viburnum tinus

Mahonia x media  Chimonanthus praecox

Lonicera fragrantissima  camelia sasanqua

Hamamelis molis  Cornus sanguinea 'winter flame'

Jasminum nudiflorum

Quant aux vivaces, confiez votre floraison hivernale aux:

Helleborus niger ou argutifolius, Erica darleyensis, Galanthus nivalis, Cyclamen et  Iris unguicularis.

Helleborus niger  Helleborus argutifolius

Erica darleyensis  Galanthus nivalis

  Iris unguicularis

 

Petit conseil…

Je vous conseille de pailler vos massifs: paillage minéral (galets, graviers, ardoise) ou végétal (écorces de pin, de coco, plaquette forestière etc): attention toutefois aux écorces de pin qui acidifie les sols et qui sera adapté aux plantes dites « de bruyère ». 

Les avantages du paillage sont nombreux: il protège vos plantes de la sécheresse, du gel, et réduit la pousse d’adventices (mauvaises herbes). Le paillage végétal aura un intérêt supplémentaire, celui de nourrir le sol en se décomposant.

 3. Construire des abris pour encourager la biodiversité au jardin et ainsi se passer des insecticides nocifs pour la flore, la faune et notre santé!

Nous avons tendance à l’oublier mais la flore n’existe pas sans la faune et inversement.

L’existence d’une faune variée chez vous permet de limiter la prolifération des adventices (mauvaises herbes) mais aussi des indésirables (pucerons, cochenilles etc).

  • la musaraigne (petite souris au museau pointu) est très utile au jardin car elle consomme toutes sortes d’insectes et de vers. Encouragez sa présence en installant au jardin un petit tas de bois ou de pierre.
  • le hérisson, ingère quant à lui les limaces, les chenilles et lombrics: un petit tas de bois suffit pour lui créer un abri.
  • les oiseaux sont utiles car consommant beaucoup d’insectes et de vers: prévoyez des mangeoires et des perchoirs pour qu’ils souffrent le moins possible en hiver.
  • privilégiez la plantation de vivaces et arbustes mellifères pour attirer les abeilles et les aider dans leur pollinisation et leur préservation, essentielle à la survie de notre écosystème. 
  • Réintroduisez des agents de lutte biologique si vos plantes sont menacées par les nuisibles comme : 
    • la coccinelle pour lutter contre la cochenille farineuse et les pucerons
    • les chrysopes pour lutter contre les pucerons
    • les nématodes pour lutter contre les vers gris et blancs du sol, les otiorhynques, escargots et limaces

4. Installer un composteur et un récupérateur d’eau de pluie

Le composteur vous permettra d’améliorer votre sol en l’amendant naturellement et gratuitement! 

Un composteur qui est brassé régulièrement n’aura pas d’odeur. Il faut savoir que le compost ne sera prêt qu’au bout d’un an.

Il doit être composé de feuilles mortes, taille de haies broyées, épluchures, bouquets fanés, herbes sèches (sans graines), carton en petite quantité. Attention tout doit être sain : on oublie les fruits ou légumes malades! Pour obtenir un meilleur compost, n’hésitez pas à ajouter un peu de cendre pour qu’il soit plus riche en oligo-éléments. 

Le compost est mûr lorsque les morceaux de végétaux ne peuvent plus être distingués dans la masse noire.

Retirez le compost à la base du composteur (par la trappe) et incorporez le directement au pied des plantes. 

Enfin prévoyez l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie pour faire des économies d’eau mais surtout pour réduire votre consommation d’eau et ainsi préserver  les ressources de notre planète! c’est un geste écologique facile à intégrer au jardin par le biais d’achat de « cache » en bois très esthétique.

Alors n’hésitez plus et faite appel à mes services pour concevoir votre projet de jardin tout en bénéficiant de mon approche et mes conseils s’inscrivant dans une gestion écologique des espaces!

Ainsi, je vous invite à consulter mon site en ligne de conception de jardin Fibre Jardin, mais aussi à me suivre sur instagram, Facebook et pour ceux qui veulent en savoir plus sur mes activités de création de terrariums, retrouvez-moi sur mon site https://le-terrarium.fibrejardin.com/

A très vite !!!!

Anaïs de Fibre Jardin 

Fibre Jardin – 06.23.97.79.89 – contact@fibrejardin.com 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *